Episode 4 : quelqu'un pour écouter tes prières

C'est étrange. Depeche Mode est avec U2 le groupe que j'écoute depuis le plus longtemps, je les écoute même depuis le même été 1987. Et pourtant, je n'ai pratiquement jamais rien écrit sur Dave Gahan. Mais je ne vais pas parler de Depeche Mode, parce qu'on sait que Dave Gahan en est le chanteur, et ça n'est pas le propos. Ce qui est intéressant avec Gahan, c'est ce qu'il est quand il n'est pas le chanteur de Depeche Mode.

Pendant un temps, Dave Gahan, quand il n'était pas le chanteur de Depeche Mode, était un junkie pathétique. Ca a failli le tuer.

En 2003, après être redevenu le chanteur de Depeche Mode, il a décidé de devenir Dave Gahan, artiste solo, avec un premier album pas super réussi, Paper Monsters. Un peu naif, un peu désuet, mais d'une sincérité touchante, comme le sont tous les chanteurs qui ont vécu dans l'ombre des mots de l'autre, celui qui écrivait les chansons, quand ils deviennent des auteurs. Et comme Dave Gahan a ce côté grand enfant, l'enthousiasme et la joie palpable d'être encore là, de contrôler pour la première fois sa propre création, l'emportait sur les arrangements pas terribles et les rimes faciles.

En 2007, Dave Gahan, après être devenu un peu auteur de Depeche Mode, est revenu en solo avec un second album, Hourglass, plus réussi, mais qui sonnait encore trop comme un album solo de chanteur de Depeche Mode. D'ailleurs, la plus belle chanson de l'album, la plage d'ouverture Saw Something, était celle qui s'en approchait le moins, avec son superbe solo signé John Frusciante (ça aide, dira-t-on).

En 2009, j'ai vu Depeche Mode à la Halle Tony Garnier, et la première partie était Soulsavers, une sorte de projet de producteurs mélangeant des influences downtempo, gospel et country, c'est pas moi qui le dit, c'est Wikipedia. Enfin un truc qui sonne vaguement comme Spiritualized, et auquel a d'ailleurs collaboré Jason Pierce de Spiritualized, mais aussi Mike Patton ou Mark Lanegan.

Soulsavers vient de sortir un nouvel album, The Light The Dead See. Le chanteur et parolier est Dave Gahan. Et je suis complètement sous le choc, à quel point sa voix et ses mots se posent parfaitement sur leurs mélodies, quelque part entre Spiritualized, Calexico et Ennio Morricone, et sans doute d'autres choses. Mais surtout à quel point, pour la première fois, j'entends Dave Gahan sonner comme... Tout sauf Depeche Mode. Sans pour autant en dévier complètement, car il y a énormément de sacré, de foi et de dévotion dans ces chansons. Mais là c'est lui, Dave Gahan le survivant, le personal Jesus, le mec un peu déglingué, celui qui vivait dans l'ombre de l'autre. C'est lui et il a trouvé sa place. Il brille dans le noir. Et il retrouvera ses camarades de Depeche Mode plus tard dans l'année, et ça nous fera plaisir de le revoir, et d'agiter les bras sur Never Let Me Down Again. Mais on aura vu son âme.

2012 07 05 22 55 07